Joindre les deux bouts ( 2009)

fdsfglkdgjdghjdslkg

mdf, résine, 950x5cm.

« … La force des travaux de Charles Lopez réside dans leur immédiateté, une dimension « cash » dont la simple appréhension, loin d’être rassurante, se révèle vite urticante. Joindre les deux bouts relève de cet art du pré-texte et du sous-texte avec une maestria désinvolte. Soit une ligne sinueuse, orange qui court dans l’espace, tracé elliptique dépouillé de toute artifice et de tout usage. Il indiquerait le chemin à parcourir pour joindre deux lieux-dits répondant l’un et l’autre au nom de « Bout du monde ». »

Bénédicte Ramade